PROJET PRECAFJ

Pour contribuer à la mise en œuvre de la Vision de CESAO-AI qui est « Un milieu rural et péri-urbain où les populations, particulièrement les plus pauvres, dans la cohésion et la paix, créent de la richesse en exploitant rationnellement et de façon durable le potentiel de leur environnement physique et assurent ainsi leur épanouissement social dans un cadre institutionnel favorable à l’autopromotion communautaire et à l’expression des talents et qualité d’innovation de l’individu », le CESAO-PRN met en œuvre un projet de promotion de la paix (PRECAFJ) et un autre d’appui à l’économie pastorale locale (DIRRECT). Le journal Labari vous fait découvrir ces deux projets.

Femmes et jeunes œuvrent ensemble pour une paix durable au Niger

Le Projet de renforcement des capacités des femmes et des jeunes sur la thématique de conflits et de mécanismes de gestion, de prévention et consolidation de la paix à la lumière de la Résolution 1325 et connexes. (PRECAFJ – 1325) est un projet d’une durée de six (6) mois qui est mis en œuvre  par le Centre d’Etudes Economiques et Sociales de l’Afrique de l’Ouest – Pôle Régionale du Niger (CESAO –PRN) avec l’appui financier du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Un des résultats attendus du projet est le renforcement des connaissances des bénéficiaires sur les thématiques en lien avec la paix, le contenu de la Résolution 1325 et connexes des Nations Unis, la gestion non violente des conflits, la sécurité, les droits humains, la citoyenneté. A cet effet, il est prévu la formation de trente(30) personnes (15 femmes et 15 jeunes) des communes de Torodi, Makalondi, Ouallam, Goroual et Kokorou. Ensuite, ces femmes et jeunes formés vont à leur tour, à l’aide de supports, sensibiliser les populations sur le contenu de la R 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et connexes, la gestion non violente des conflits, les mécanismes de gestion, de prévention et consolidation de la paix.

 

PRECAFJ Projet de Renforcement des Capacités des Femmes et des Jeunes
Durée 6 mois
Partenaire financier Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)
Mise en œuvre CESAO-PRN
Zone d’intervention Les communes de Torodi, Makalondi, Ouallam, Kokorou et Garouol dans la région de Tillabéry
Objectif « sensibiliser les femmes et les jeunes sur la prévention des conflits et la consolidation de la paix, afin d’encourager et de favoriser l’implication des femmes et des jeunes dans les instances de prise de décisions en faveur de la paix ».
Activités programmées – Missions d’informations et prises de contact avec tous les acteurs concernés

– Formation des femmes leaders et des jeunes par deux experts formateurs,

– Sensibilisation des populations (jeunes, femmes et hommes) sur les thématiques du projet.

– Conception, réalisation et diffusion des messages, sketches et spots radiophoniques de sensibilisation.

– Organisation de causeries – débats, dans les clubs d’écoute avec comme supports des messages enregistrés sur cartes mémoire.

– Le suivi et l’évaluation des activités

– Le rapportage et la capitalisation des bonnes pratiques.

 

Activités réalisées Missions d’informations et prises de contact avec tous les acteurs concernés

– Formation des femmes leaders et des jeunes par deux experts formateurs,

 

La communicatrice de CESAO-PRN, a suivi pour le compte de votre journal Labari, la formation qui s’est déroulée à Kokorou et Gorouol et elle vous donne un bref descriptif des moments forts.

Conscient qu’aucune communauté ne peut s’épanouir sans paix durable, le CESAO-PRN fait de la promotion de la paix la fondation de tous ces appuis en direction des communautés rurales du Niger

 

Notre objectif est de mettre les femmes et les jeunes au centre de la préservation de la paix au Niger comme le recommande la déclaration du Sommet mondial des Nations Unies, septembre 2005, para 116. Je cite : « Nous soulignons (…) qu’il importe que toute action visant à maintenir et promouvoir la paix et la sécurité tienne compte des impératifs de l’égalité des sexes et offre aux femmes les chances d’une participation pleine et égale, et qu’il est nécessaire d’accroître la participation des femmes aux décisions à tous les niveaux.»