Le Forum national du Bénin, point de départ d’une veille en Energies renouvelables dans le cadre du projet PaSCOP-ARI

Le premier forum national, sur les cinq prévus dans le cadre du projet « Participation de la Société Civile des Pays Francophones d’Afrique de l’Ouest au Pilotage des Initiatives Africaines sur les Energies Renouvelables- PaSCOP/ARI », s’est ouvert mercredi 4 août 2021. C’est celui du Bénin qui a eu lieu pour deux jours à Cotonou et a abouti entre autres, à la fédération des efforts pour une veille citoyenne pour la réussite de la mise en œuvre des initiatives africaines en énergies renouvelables et l’accès des populations aux opportunités de ces énergies.

Des acteurs clés de la société civile, du secteur privé mais aussi du secteur public se sont retrouvés pour deux jours d’échanges – 4 et 5 août 2021- à Cotonou autour du thème « Etat des lieux de la mise en œuvre des initiatives africaines sur les énergies renouvelables au Bénin ». C’est le Forum national du Bénin coorganisé par le Centre d’Étude et d’Expérimentation Économique et Sociales pour l’Afrique de l’Ouest-Association Internationale (CESAO-AI) et les Jeunes Volontaires pour l’Environnement Bénin (JVE BENIN). Il a été lancé dans la matinée du mercredi dernier par le Directeur général des ressources énergétiques, Todéman Assan.

C’est dans le cadre du projet PaSCOP/ARI initié par CESAO-AI avec ses partenaires MISEREOR, Power Shift Africa, Germanwatch. « Le forum national est une activité de ce projet dont l’objectif est de fédérer les énergies des acteurs de la société civile de cinq pays de la sous-région Ouest africain -le Bénin, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal et le Mali- à soutenir par le plaidoyer, les efforts de concrétisation des ambitions de cette initiative africaine », a expliqué Dramane Coulibaly, Coordonnateur régional du CESAO-AI. Il s’agit, selon lui, « d’assurer la veille, d’où l’intérêt d’un engagement fort des jeunes aux côtés des autres acteurs ».

Vers la création et le renforcement d’un réseau des Osc pour la veille énergétique au Bénin

A travers ce forum national, il est question d’« informer et de sensibiliser les acteurs de la société civile ainsi que les autres parties prenantes sur les initiatives africaines en matière des énergies renouvelables », à en croire la présidente du Conseil d’administration de JVE BENIN, Isis Hadeou. « Cet atelier est d’autant plus nécessaire qu’il répond à un double impératif : celui de renforcer la coordination des initiatives sur la thématique des énergies renouvelables et de favoriser l’engagement des acteurs au Bénin », a-t-elle indiqué.

Il est prévu sur les deux jours, la revue de la situation de l’énergie et de la mise en œuvre des initiatives en énergies renouvelables au Bénin ; la revue des initiatives des Osc en énergies renouvelables au Bénin ; etc. « Le programme nous préparera également aux modalités de création et de renforcement d’un réseau des Osc pour la veille énergétique au Bénin ; nous définirons les termes de plaidoyer pour une mise en œuvre réussie des initiatives au niveau national et régional », ajoute la présidente du Conseil d’administration de JVE BENIN.

CESAO-AI et JVE BENIN comblent une attente de l’Etat

C’est une activité bien espérée par le secteur public, à en croire le Directeur général des ressources énergétiques, Todéman Assan, qui n’a pas manqué d’exprimer sa joie à ce propos. « L’implication du secteur privé et de la société civile est capitale pour le développement des énergies renouvelables. L’Etat à lui seul ne saurait investir dans la résolution des problèmes relatifs au développement notamment au développement du secteur de l’énergie de notre pays », a-t-il justifié. « Nous avons besoins de la contribution permanente de la société civile et des acteurs du secteur privé qui eux sont sur le terrain plus proches des populations et donc, ont les informations nécessaires qui devraient nous permettre, nous acteurs publics, de soumettre des propositions de décision à nos autorités », a-t-il insisté. Le directeur dit garder espoir de ce que « ce forum permettra de formuler des conclusions et recommandations nécessaires pour faire profiter à nos populations des opportunités des énergies renouvelables dans divers domaines ».



Laisser un commentaire